1979 : Georges Yatridès, un Grenoblois de réputation mondiale

Article paru dans le numéro 322 de Marie Claire en 1979 à l’occasion de l’exposition au Château de la Condamine à Corenc

« Ses toiles frappent d’emblée par leur maîtrise technique, la perfection formelle du graphisme et un rendu de lumière étonnant vous ouvrent un univers, pour ne pas dire l’univers, où s’inscrit l’alpha et l’oméga de l’aventure de l’homme, de la terre au ciel, de la science à la métaphysique ».

1979-05 : Numéro de Marie-Claire

1979 : Le Grenoblois Georges Yatridès est aujourd’hui l’un des plus cotés

Peintre « pur et dur », le Grenoblois Georges Yatridès est aujourd’hui l’un des plus cotés, article du Dauphiné Libéré en mai 1979 :

.. Enfermé dans ses recherches, son absolutisme, il suit ses courants qui ne sont pas ceux des grands mouvements, se veut figuratif, mais en cherchant toujours à aller plus loin dans ses pensées, il s’écarte des écoles, des modes. Comme il n’est pas homme de la facilité, il se lance dans l’aventure qui est la sienne avec une intransigeance qui va faire de lui un homme seul…

 Lucile DUC

1979-05 : Georges Yatridès, Peintre pur et dur

Mai 1979 : Exposition au Chateau de la Condamine

En 1979 du 10 mai au 4 juin, à la Mairie de Corenc dans l’Isère, au Château de la Condamine sous Ia responsabilité d’Émilien ROCHE, a lieu l’exposition « Rétrospective 1945-1978″

Carton d'invitation à l'exposition Yatridès de 1979 au château de la Condamine Affiche expo Condamine en 1979

Edition  d’un catalogue monographique prestigieux de 100 pages, ouvrage comprenant 127 reproductions dont 48 couleurs pleine page.

1978 : Georges Yatridès, la recherche angoissée de l’absolu

Article paru dans « Le journal » le 13 octobre 1978 et rédigé par Claude Bandieri, journaliste au Dauphiné Libéré.

Solitaire intemporel

Il y a vingt ans que nous n’avions pas vu d’oeuvres de Yatridès : depuis son départ pour les USA où tout ce qu’il a peint est réparti entre des musées et des collections dont la vieille europe n’a pas idée. Depuis, surtout, une extraordinaire exposition d’une vingtaine de grands maîtres contemporains en 1959 dont il est aujourd’hui un des rares survivants puisque son nom, le dernier par ordre alphabétique, se trouvait associé à ceux de Braque, Brianchon, Camoin, Desnoyer, Goerg, Gromaine, Maumonier, Léger, Lhote, Picasso, Puy, Savin, Villon…

1978-10 : Georges Yatridès la recherche angoissée de l'absolu 1978-10 : Georges Yatridès la recherche angoissée de l'absolu 2

 

1975 : Rencontre entre Georges Yatridès et René Char

En Juillet 1975, c’est la rencontre de Georges Yatridès et de René CHAR à l’Isle-sur-la-Sorgue.

Au fil des heures, l’amitié grandit entre les deux hommes et viennent l‘estime et le
commentaire de René Char, analyse que seul le grand poète pouvait faire :

« Georges, tu retiens tes chevaux »

et puis :

« Yatridès, le peintre hors du tumulte, tu as maîtrisé le temps non commun »

S‘étant blessé à la main droite, Georges Yatridès se laissera soigner et réconforter patiemment par René Char et sa fidèle compagne dans leur paisible retraite de l’Isle-sur-la-Sorgue.
Le souvenir vivant de René Char le réconfortera souvent dans ses épreuves.

1974 : Georges Yatridès valeur sûre pour les collectionneurs

Le peintre Georges Yatridès (qui ne se soucie guère de sa renommée locale) est devenu « Valeur sûre » pour les collectionneurs.

Une cote haut placée

Nous avons rencontré des collectionneurs ravis de posséder des « Yatridès ». A Grenoble je l’ai vu accroché entre Chagall et Carzou, à proximité d’un dessin de Picasso, l’empereur des arts.

Christian Gali

1974-09 : Yatridès une valeur sure pour les collectionneurs 1974-09 : Yatridès une valeur sure pour les collectionneurs page 2