1970-1973 : Recherches au Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble

Paul PERROUD, spécialiste éminent, Directeur des Bureaux d’Application Spéciale de
la Physique au C.E.N.G. met à la disposition de Georges Yatridès une équipe de chercheurs.
Dans les laboratoires du C.E.N.G., Georges Yatridès démontre sa théorie d’une nouvelle propriété du temps, de son interaction dans les séquences de stabilisation des substances atomiquement complexes, séquences de temps non irréversibles, et son influence dans divers domaines, y compris celui de la lumière dont celle issue de certaines phases d’incandescences de différents corps solides.
Dans ce denier domaine, notamment dans celui de la pyroformation des hydrocarbures,
Georges Yatridès obtient des brevets agrées par le Whashington D.C. Patent Office pour les Etats-Unis et d’autres pays concernés par ces objectifs. Ainsi se trouvent confirmées ses recherches débutées en 1968.
Georges Yatridès rend encore hommage ici à la science de Paul Perroud, Doctor of
Knowledge of Berkeley, qui a su d’emblée reconnaître la valeur scientifique de ses
découvertes.

 

1970 : Georges Yatrides invente un procédé pour limiter les effets nocifs du tabac

De sa propre initiative Georges Yatridès effectua des recherches personnelles selon ses conceptions et objectifs propres.

Ces travaux exclusifs réalisés notamment au C.E.A.-C.E.N.G. (Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble)  aboutirent à la démonstration de la théorie qu’il avait élaborée d’une nouvelle propriété du temps dissocié de l’espace et son influence dans de nombreux domaines dont celui de la lumière émanant de corps solides en différentes phases d’incandescence, leur action sur les éléments hydrocarbonés.

Il est opportun de rappeler que l’espèce humaine est hydrocarbonée et que les étoiles sont en effervescence/incandescence thermonucléaire variable tout comme notre propre étoile le Soleil.

Les matériaux nécessaires à ces recherches lui furent fournis  par  :

  • AMERICAN STELL Ltd pour les tubes métalliques en acier étirés à froid, puis élaborés selon ses directives par Hans RAUNER physicien logicien afin d’être introduits dans les matières hydrocarbonées en combustion ;
  • Pierre LEDEZ Responsable de la Recherche à la SEITA pour certains autres éléments hydrocarbonés ;
  • Paul PERROUD Directeur des Bureaux d’Applications Spéciales de la Physique au CEA-CENG qui mit à sa dispositions laboratoires et personnels qualifiés pour les opérations conjuguées d’analyses de températures et densités des seules matières hydrocarbonées fournies par la SEITA ;
  • PROCTER & GAMBLE Co Inc. pour l’instrumentation nécessaire aux analyses de modèles corrélatifs, leur action sur les tissus musculaires.

Des brevets délivrés en son nom, toutes revendications exclusives privatives accordées, lui furent délivrés dans les pays à examens rigoureux intransigeants dont les Etats Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, brevets honorés en particulier par les Etats Unis, au Patent Office de Washington DC.

Des discussions furent engagées avec des fabricants de cigarette mais n’ont jamais abouti, Georges Yatridès ne désirant pas que les travaux de ses recherches contribuent à l’augmentation du nombre de fumeurs.

L’extrapolation de ses recherches lui a permis de les appliquer sur une surface plane, une peinture, permettant une nouvelle approche artistique de la lumière et du temps dissocié de l’espace, ce qui rend ses tableaux si différents. On a l’impression que la lumière sort de ses tableaux.

Brevets de Georges Yatridès sur ce sujet :

APPARATUS FOR PRODUCING BLIND CONDUITS IN CIGARETTES

Cigarette having a blind conduit

Ces brevets sont cités en référence dans plus d’une dizaine d’autres brevets sur le sujet

Washington patent office (brevets mentionnant les brevets de Yatrides)

European patent office : smoking article with dual burn rate fuel element

Extraits d’un des brevet

Brevet 1340926 sur la combustion du tabac page 8

 

Juin 1967 : Georges Yatridès dépose un brevet pour un appareil de musculation

Agé de 17 ans, Georges Yatridès séjourne au Congo belge à Léopoldville où son beau-père était Vice-Consul de France. Son poumon droit étant gravement atteint, il revient en France pour être opéré par le grand professeur Santy à Grange Blanche (Lyon), l’opération dure huit heures au Pavillon O. Il subit alors l’exérèse du lobe supérieur de son poumon droit, cette ablation nécessite l’incision des fibres du muscle dorsal et entraîne une quasi-paralysie de son bras droit .

Georges Yatridès imagine alors un appareil de musculation dont il va se servir dans un premier temps pour son usage personnel et qui sera ensuite commercialisé sous le nom d’Isomax 500, marque déposée internationale.

C’est un appareil qui est composé d’une base métallique et d’un élément élastique qui permet de faire des mouvements isométriques.

Suivant l’élasticité de l’élément choisi, on va effectuer plus ou moins d’efforts. Cet appareil s’adapte donc aussi bien aux personnes qui veulent faire un entraînement léger que celles qui veulent forcer beaucoup plus.

Là encore cette invention fait l’objet d’un dépôt de brevet international.

Brevet sur l’appareil de musculation au Patent office de Washington

Ce brevet est lui aussi cité comme référence dans d’autres brevets ultérieurs sur des appareils de musculation.