Juillet 1981 : Georges Yatridès, peintre de l’extase future

Article paru dans « L’indépendance », journal de l’ambassade de Grèce à Paris, en juillet 1981, à propos de l’exposition dans la crypte du Sacré-Coeur à Montmartre.

 

YATRIDES PEINTRE DE L’EXTASE FUTURE
Yatridès : un peintre qu’on ne présente pas. Matisse, Braque, Picasso : voici pour les influences antérieures. Se manifeste à présent l’artiste original dont quelques toiles présentées, dans la crypte de la basilique de Montmartre, nous ont révélé la puissance synthétique et la poésie impalpable. Le calme apollinien de la Grèce antique, le symbolisme chrétien et l’intuition d’une transcendance future s’unissent avec une telle perfection qu’on embrasse d’un seul regard les espaces et les siècles. Plus que le résumé et la quintessence d’une culture, c’est l’âme d’une civilisation qui, parvenue au paroxysme de ses recherches esthétiques, s’exalte et s’extasie… Pureté, silence de ces corps devenus des miroirs cosmiques. Interpénétration de la conscience et de l’univers…
Il faudrait écrire avec de la lumière pour exprimer ces états de grâce et de gloire, ces instants d’éternité charnelle. « Le pain vivant », « Ezechiel », « l’Androgyne » et « La mort ne sera plus », etc… Autant de toiles qui nous introduisent dans l’intimité de l’infini. Si les couleurs n’arrêtent pas le regard, elles ne lui permettent pas, non plus, de fuir. Nous sommes contraints de lire, à travers les êtres et les paysages, une histoire immatérielle plus réelle que celle de la vie apparente.


(Exposition « Cimaises du Ciel», Crypte de la basilique de Montmartre, jusqu’au 1er Sept.)

1981-07 : Journal de l'ambassade de Grèce sur l'exposition au sacré coeur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>