Juin 1967 : Georges Yatridès dépose un brevet pour un appareil de musculation

Agé de 17 ans, Georges Yatridès séjourne au Congo belge à Léopoldville où son beau-père était Vice-Consul de France. Son poumon droit étant gravement atteint, il revient en France pour être opéré par le grand professeur Santy à Grange Blanche (Lyon), l’opération dure huit heures au Pavillon O. Il subit alors l’exérèse du lobe supérieur de son poumon droit, cette ablation nécessite l’incision des fibres du muscle dorsal et entraîne une quasi-paralysie de son bras droit .

Georges Yatridès imagine alors un appareil de musculation dont il va se servir dans un premier temps pour son usage personnel et qui sera ensuite commercialisé sous le nom d’Isomax 500, marque déposée internationale.

C’est un appareil qui est composé d’une base métallique et d’un élément élastique qui permet de faire des mouvements isométriques.

Suivant l’élasticité de l’élément choisi, on va effectuer plus ou moins d’efforts. Cet appareil s’adapte donc aussi bien aux personnes qui veulent faire un entraînement léger que celles qui veulent forcer beaucoup plus.

Là encore cette invention fait l’objet d’un dépôt de brevet international.

Brevet sur l’appareil de musculation au Patent office de Washington

Ce brevet est lui aussi cité comme référence dans d’autres brevets ultérieurs sur des appareils de musculation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>