1956 : Retrouvailles au Mexique avec son père après une séparation de 23 années

En 1956, Georges Yatridès part pour Mexico retrouver son père qu’il n’a pas vu depuis 23 ans.
Il y rencontre Diego Rivera, célèbre par ses fresques monumentales en hommage à la Révolution Mexicaine, ce dernier meurt d’un cancer en 1957.
Parmi les relations influentes qu’il se créé à l’époque, on peut noter :

  • Guy Terrel des Chênes, industriel, collectionneur
  • Armando Ruiz Galindo, industriel, fils aîné du Ministre de l’intérieur
  • Oscar Herner, marchand de tableaux
  • P. Zielan, collectionneur
  • Le docteur Villareal
  • J. Montessinos

Avril 1956 : Georges Yatridès expose à Paris et à Chicago et part chercher l’inspiration à Mexico

Article paru dans le progrès du 22 avril 1956 par Maurice Prony.

Des monts de l’Olympe aux buildings du Congo

Faire une incursion indiscrète dans la vie de Georges Yatridès qui n’a pourtant que vingt-cinq ans, frise la gageure !

Ne vient-il pas d’apprendre le jour ou lui-même était papa d’un magnifique poupon que son propre père qu’il croyait mort à la suite de la guerre, l’attendait à Mexico, impatient de découvrir un fils qu’il n’avait pas vu depuis plus de vingt ans !

 

1956-04 : Georges Yatridès expose à Paris et Chicago

 

1956 : Les belles expositions parisiennes

Georges Yatridès a présenté à la Galerie Voyelles, 36 rue des Saints-Pères, des sujets à personnages, des paysages et des natures mortes d’une distinction rare et d’une nette personnalité. Peints avec des glacis aux teintes sobres sur des fonds clairs amoureusement lissés, il sont simplifiés, dépouillés à l’extrême. L’esprit de recherche, la technique et la virtuosité du peintre sont remarquables.

Georges Yatridès mérite qu’on s’intéresse à lui et à sa peinture. Qu’il ait, en attendant mes sincères félicitations.

Helio Ilo Trabujo

1956-02 : Exposition à Paris à la galerie Voyelles

Février 1956 : Exposition à la galerie des Voyelles à Paris

En Février 1956, exposition personnelle Galerie des Voyelles à Saint-Germain des Prés
organisée par Madame Chastenet de Gery. Les critiques enthousiastes (Pierre Mornand, Hélios Ilo Trabujo, Anton Urrutia, Bethancourt, Jean Chabanon, André Warnod)  attirent des marchands d`Outre-Atlantique. Quatre, puis la totalité des peintures exposées est acquise par les International Galleries de Chicago.

 

Janvier 1956 : Galerie Charpentier à Paris

En janvier 1956 à Paris, MM. de Nacenta et de Masclary, responsables de Ia Galerie Charpentier, offrent d’exposer les peintures de Georges Yatridès.

Insatisfait et impatient, Georges Yatridès reprend l’ensemble de ses peintures consignées à la galerie. Aidé d‘un ami fidèle, Camille Jaubert propriétaire de l’Hôtel Laffont, rue Buffault, il part à la recherche d’une nouvelle galerie.